Le projet MagnyÉthique mettra à disposition d’environ 12 foyers intergénérationnels et interculturels un appartement individuel complété par des espaces de vie communs dans un esprit d’économie et de partage des espaces à visée écologique.

Capacités

L’esprit de l’habitat participatif à Magny est d’offrir à chaque foyer une zone privative permettant de se retirer et d’aspirer à son calme d’une part, mais aussi de nombreux espaces communs favorisant l’esprit collectif. Nous pensons que le partage des espaces et de certains mobiliers et matériels qui vont avec est un acte écologique, allant à l’encontre de la surconsommation des biens immobiliers, mobiliers et matériels. Les bâtiments de l’écolieu offrent un potentiel énorme pour l’habitat participatif, appartements en RDC, aux 1er et 2d étages. La répartition de quelques appartements va être revue pour améliorer la diversité des offres et ainsi la diversité des foyers (de la personne seule à la famille nombreuse) mais ils peuvent dans leur grande majorité être occupés après un simple rafraîchissement. Ainsi, nous aurons à disposition environ 12 logements entre 35 et 110m² habitables. À cette surface purement privative s’ajoutent les espaces communs : grande salle commune avec bureau associatif, bar et cuisine semi-professionnelle ; buanderie ; chambres d’amis ; bibliothèque et ludothèque, salle de musique ; caves, cellier ; divers ateliers ; sans oublier l’espace permacole commun visant à atteindre une certaine autonomie alimentaire !

La commission aménagements est en train d’étudier la répartition des espaces. Nous serons ensuite capables de communiquer précisément les espaces privés encore disponibles pour de nouveaux arrivants :

  • x T1
  • x T2
  • x T3
  • x T4
  • x T5 !!

Vous souhaitez nous rejoindre ? Contactez-nous !

Habitants et futurs habitants

Notre groupe a développé un processus d’intégration pour permettre à chaque (futur) membre d’entrer progressivement dans le projet avant un engagement définitif.

Actuellement, le groupe est composé de :

Yves (60 ans)

Décroissant sans étiquette. Je pratique l’agriculture bio de subsistance dans un but d’autonomie alimentaire, de l’élevage (poules, abeilles, chèvres, cheval), et de la transformation (pain, vin fromage, lactofermentation). Mes passions sont le théâtre, les massages et le chant. J’ai déjà eu plusieurs expériences de projets : projets déjà existants plus communautaires, groupes de discussion, achat de ferme…

Je suis en recherche de partage, d’entraide, et d’un “oasis” avec des activités variées et complémentaires. Paradoxalement j’aime aussi la solitude et ai donc besoin de pouvoir m’isoler ou partager quand j’en ai besoin (même dans le couple).

La parole est engageante pour moi et je fais confiance a priori. Avec mon expérience, le projet est d’abord humain, et si on a des idéaux, il n’y a pas de lieux idéal pour les réaliser.

Claire (55 ans)

J’arrive à un moment de ma vie où la maison en RA est devenue trop grande et éloignée de mon emploi actuel de médiatrice culturelle dans la SCOP Ardelaine avec une certaine polyvalence, deux grands enfants.

Vivre dans un lieu où s’entrecroisent des valeurs sur du partage avait déjà interpellé ma façon de m’organiser quand les enfants étaient plus jeunes. Alors pourquoi pas coconstruire aujourd’hui pour les jours et ans à venir, un lieu de vie “humanimé” avec des espaces partagés? “Promacteur”: “consommacteur” autrement.

Katia et Pascal avec Leya, Elinor et Adriel

Notre famille est composée de Katia, Pascal, et de nos trois enfants Leya (2011), Elinor (2013), Adriel (2015).

Nous nous sommes rencontrés dans le cadre d’une association franco-allemande encadrant des rencontres pour jeunes Français et Allemands. Nous y avons appris la gestion du conflit en travail d’équipe binational, et l’importance de la communication (non violente) comme base du vivre ensemble. Ces principes régissent aujourd’hui encore notre vie de famille. Nous sommes adeptes de l’éducation positive que nous nous efforçons d’appliquer au quotidien, avons pratiqué l’hygiène naturelle infantile, et nous essayons depuis plusieurs années et avec toujours plus de réussite au zéro déchet. Lorsque nous voyageons, nous partons en semi-itinérants ou en wwoofing afin d’être au cœur des cultures à découvrir. Pour nous, la vie est un enseignement et apprendre un moteur!

Depuis que nous avons rejoint le groupe, de nouvelles perspectives s’ouvrent à nous, en lien étroit avec nos convictions et idéaux. Nous avons hâte pour nos enfants et nous-mêmes de pouvoir nous y installer et de bénéficier au quotidien des richesses humaines, naturelles, écologiques, créatives et en diverses compétences qu’offrent le projet, son lieu, ses habitants et partenaires. Mais d’ici-là: https://transitionride.home.blog

Katia (38 ans)

Passionnée de pédagogie, je suis une prof très engagée et à l’écoute de mes élèves. Depuis que je suis maman, j’ai approfondi ma réflexion et me forme aux pédagogies alternatives. Mon rêve : faire de la coopération un principe fondateur d’une nouvelle école sans note pour y voir s’épanouir de nombreux enfants d’horizons différents, dont les nôtres. J’adore l’observation de la nature, la musique, les sports en plein-air, les loisirs créatifs, les livres, les voyages, l’interculturel, cuisiner pour un grand nombre avec notamment des “mauvaises herbes”, faire mes propres tisanes contre les petits maux quotidiens ou juste pour le plaisir et me passionne pour la permaculture humaine.

Pascal (36 ans)

Je suis né et ai grandi en Allemagne avant de tomber amoureux de la France pendant mes études. J’adore pratiquer le vélo, mais aussi randonner, lire, observer le ciel et les étoiles, jouer de la flûte. J’aime mon travail d’ingénieur mais souhaiterais lui donner plus de sens, par exemple en créant un lieu de partage autour des sciences – et du vélo ! Les contacts humains me motivent énormément. Je me suis formé en Chartreuse à la fabrication du pain au levain dans laquelle je commence à plutôt bien me défendre et ai ensuite appris à connaitre et travailler avec les céréales de variétés anciennes, en m’inspirant de la slowfood !

Fanny et Guillaume avec Alice et Léonard

Nous sommes un couple avec 2 enfants habitant à Lyon : Fanny, Guillaume, Alice (2013) et Léonard (2015).

Proche des idées de la décroissance nous essayons de limiter notre impact environnemental.

Nous avons fait plusieurs tentatives pour créer ou rejoindre des habitats groupés urbains car nous étions intéressés par l’aspect convivialité, ouverture sur l’extérieur et mutualisation de certains espaces.

Désormais nous cherchons un projet plus dans la campagne avec suffisamment d’espace pour pouvoir en plus gagner en autonomie et en consommation locale (atelier bois, permaculture…)

Guillaume (38 ans)

Ingénieur en informatique, je me pose chaque jour plus de questions sur l’avenir et sur mon rôle dans la société. Je ressens le besoin de faire mieux cadrer mes activités professionnelles avec les valeurs que j’ai développées, notamment de sobriété et de recherche du bien commun.

J’aimerais participer à une société à plus petite échelle, fondée sur l’entraide et la bienveillance, et développer davantage d’autonomie alimentaire et énergétique en se basant autant que possible sur les principes du low-tech (si j’osais résumer : simple, réparable, sobre). Je souhaite partager ma vie entre bon temps, activités militantes, et travail rémunéré, en essayant de faire converger les trois autant que possible !

J’aime chanter, me déplacer à vélo, travailler le bois, réparer des objets, fabriquer des choses ou des bons plats, bien manger… et malgré tout l’informatique (à chacun ses contradictions).

Fanny (34 ans)

Ingénieure en informatique depuis 10 ans, je ressens le besoin de vivre dans un environnement moins technologique, plus proche de la nature. J’ai envie d’apprendre à faire un maximum de choses par moi-même, en particulier en ce qui concerne l’alimentation.

J’aimerais un lieu intergénérationnel où mes enfants auraient des camarades de jeux et des adultes de tout âge qui leur apprendraient des valeurs plus humaines que celles véhiculées par la société de consommation actuelle.

Sinon en vrac : j’aime rencontrer des gens, faire des jeux de sociétés, cuisiner, fabriquer des choses et collectionner des boucles d’oreilles!

Noémie (39 ans) avec Léonis

La naissance de mon fils en 2016 a déclenché des envies de changements concrets, tant dans ma vie professionnelle que dans ma vie tout court. Depuis lors, je m’organise à faire évoluer mon quotidien et mes projets en fonction de mes valeurs afin que l’ensemble fasse sens.

Je suis d’origine végétarienne ;-) et je souhaite privilégier un mode de vie qui respecte les individus et l’environnement dans leur globalité. J’ai à cœur d’être indépendante dans mon « travail » et qu’il soit bénéfique pour un collectif.

Une alimentation saine est importante à mon sens pour viser un bien-être individuel.

On dit de moi que je suis dynamique, joyeuse et engagée. J’ai confiance en l’humain et en l’organisation des rapports humains.